3/5 (2)
Investir dans l’immobilier en étant locataire

La démarche classique est dans la grande majorité des cas différente : on commence dans la vie, on débute sa carrière professionnelle, on fonde une famille et on acquiert sa résidence principale. On devient alors propriétaire. Puis on se dit qu’il serait bon de penser à développer son patrimoine, notamment en investissant dans l’immobilier.

Mais pourquoi attendre d’être propriétaire de son habitation pour se lancer dans l’immobilier locatif ? Rien ne vous y oblige.

Et au contraire il y a même des avantages à se lancer au plus tôt, jeune, alors que l’on est toujours locataire.

Devenir propriétaire n’as pas toujours de sens lorsque l’on est jeune. Quand on débute dans la vie active, on a souvent besoin d’être mobile, et c’est d’autant plus vrai dans un contexte économique difficile. Être locataire offre cette liberté de mouvement. De plus acheter sa résidence principale suppose d’avoir déjà une vie de famille stable, avec de la visibilité devant soi.

Pour ne pas se retrouver à perdre de l’argent lorsque l’on achète son habitation, il faut être prêt à y vivre plus de 5 ans, 10 ans même bien souvent. En effet, ces années sont nécessaires pour amortir les frais de notaire et commencer à rembourser un peu plus de capital que d’intérêts…

Le problème quand on suit le même chemin que tout le monde, que l’on attend d’être propriétaire avant d’acheter pour louer, est que l’on perd de précieuses années, que l’on ne pourra jamais rattraper.

Investir dans un premier bien immobilier à 30 ans plutôt qu’à 40 ans est un atout énorme. 10 années de prêt déjà remboursées ! ça signifie avoir déjà une rente à 50 ans plutôt qu’à 60 ans pour un prêt contracté sur une durée de 20 ans…

Développer un patrimoine prend du temps et il serait dommage de croire qu’en étant locataire, on ne peut pas lancer le processus.

L’atout principal du locataire est que bien souvent il dispose encore d’un peu de capacité d’emprunt, au contraire du propriétaire qui s’est en général endetté au maximum pour se payer la maison de ses rêves ou pour limiter la durée du prêt.

De plus la démarche de commencer à penser en termes d’investissement en étant jeune, est un point positif à faire valoir après de sa banque pour l’obtention du prêt.

Evidemment, un locataire qui déciderait d’investir en immobilier locatif, à crédit, pourrait se demander ce qu’il adviendra le jour où il sera enfin prêt à se fixer dans une région, et à devenir propriétaire. Est-ce qu’il lui sera possible d’obtenir un prêt pour sa résidence principale ?

Avoir réalisé quelques années plus tôt un ou des investissements locatifs n’est pas forcément un handicap, au contraire.

Certaines banques ne prennent pas en compte ces charges et ses revenus dans leur estimation du taux d’endettement. L’idéal est de passer par un courtier type CAFPI qui saura présenter votre dossier aux organismes bancaires les mieux adaptés.

Certaines banques peuvent même considérer que disposer déjà d’un petit patrimoine immobilier, suite à quelques années de remboursement de prêt, représente déjà une garantie, au même titre qu’un placement de liquidités.

Et si vous pouvez démontrer que votre bien est quasiment autofinancé, qu’il ne vous coûte quasiment rien à l’année, que c’est un projet réussi, vous serez en position de force.

Enfin, on peut aussi imaginer que le capital remboursé de vos premiers investissements locatifs pourrait devenir un apport pour l’achat de votre résidence principale. Ceci bien sûr dans le cas d’une revente de vos biens.

Il faut savoir rester flexible, s’adapter aux circonstances. Mais les années gagnées à cumuler du capital immobilier grâce aux paiements de vos locataires vous seront toujours bénéfiques, et c’est d’autant plus vrai que vous aurez commencé tôt !

Les commentaires sont fermés.

Découvrez notre logiciel de gestion locative immobilière et rejoignez notre communauté de particuliers bailleurs. Un outil efficace et gratuit utilisé par des milliers d'utilisateurs !

OUVRIR VOTRE COMPTE    GRATUIT