5/5 (1)
gérer un dégât des eaux

Il n’y a rien de plus désagréable que d’être victime d’un dégât des eaux. Votre logement est humide, les mauvaises odeurs s’installent et les meubles sont abîmés. Quoi qu’il en soit il faut garder la tête froide et réagir aussitôt à cet inconvénient domestique somme toute assez banal. On doit répondre vite à un dégât des eaux. Sur un plan pratique il faut le circonscrire dès que possible et mettre à l’abris ce qui peut l’être. Il faut également entreprendre dans les meilleurs délais certaines démarches légales. Elles permettront de déterminer les origines du sinistre et d’établir les responsabilités. Il sera alors temps de se retourner vers son assureur. Pour parer de façon efficace et rapide à ce désagrément qu’est le dégât des eaux voici 6 étapes logiques pour vous aider à trouver des solutions à la fois techniques et financières au sinistre.

Etape 1 : Contactez vos voisins, trouvez la fuite et contenez-la

En cas de constatation d’un dégât des eaux, que vous soyez sur place ou non, il est essentiel de contacter vos voisins, si vous en avez, le plus rapidement possible. Bien souvent ce sont eux qui auront pâti du sinistre en votre absence, n’oubliez pas de leur donner votre numéro de téléphone. En cas d’absence prolongée donnez vos clefs au gardien ou à un ami ou membre de la famille à proximité si cela vous est possible. Une fois sur place ou représenté par un proche localisez au plus vite la fuite d’eau pour la contenir. Au besoin faites rapidement appel à un plombier. Cette étape est aussi très importante pour pouvoir établir à qui appartient la responsabilité du sinistre.

Etape 2 : Mettez vos biens délicats hors d’eau, évacuez la et aérez votre habitation

Pour éviter que les dégâts ne s’amplifient mettez vos biens fragiles hors d’eau. Canapés en tissus, tapis, bibelots et livres ne supporteront pas une immersion trop longue. Vous devez ensuite évacuer le plus d’eau possible, souvent avec les moyens du bord, seaux et balais par exemple. Si le dégât des eaux est d’envergure il faudra peut-être employer une pompe. Dans ce cas il peut être utile de s’adresser aux pompiers ou directement à un professionnel. Dès que le maximum d’eau est évacué aérez votre logement pour éviter que l’eau ne s’infiltre trop profondément dans le sol et les murs et cause ainsi moisissures et mauvaises odeurs. D’ailleurs la plupart des travaux de rénovation, comme la peinture des murs par exemple, ne se fera que sur des surfaces bien sèches.

Etape 3 : Faites le point avec vos voisins, établissez les responsabilités

Il peut s’avérer difficile de détecter la provenance exacte d’une fuite d’eau. N’hésitez pas à vous faire aider d’un professionnel. C’est très important pour l’établissement des responsabilités et donc pour ce que vous pourrez attendre de votre assureur. Si la fuite provient de votre logement la situation est simple. Vous êtes totalement responsable. Si c’est plutôt un voisin qui est à l’origine des dégâts il faut espérer qu’il soit présent ou que quelqu’un de proche dispose des clefs. On pourra toujours essayer de couper l’eau depuis l’extérieur ou au pire appeler les pompiers. Si vous résidez en copropriété et que vous suspectez que c’est elle qui est responsable contactez plutôt directement le syndic.

Il faut savoir que si la fuite fait partie de la liste des réparations locatives, un joint défectueux par exemple, les réparations seront à la charge du locataire. Si c’est une fuite dans une partie privée, défaut d’étanchéité de la salle de bains par exemple, les réparations incombent au propriétaire. Si la fuite est constatée dans une partie commune, dans une colonne d’eau montante par exemple, les travaux doivent être pris en charge par la copropriété.

Etape 4 : Relisez votre contrat d’assurance, et dressez un constat de dégât des eaux

Avant d’entamer toute procédure relisez bien votre contrat d’assurance pour être sûr d’en respecter toutes les clauses. Vous devez par exemple consulter tes termes du contrat pour savoir si les frais de recherche des fuites seront pris en charge. Il faut ensuite remplir un constat amiable « Dégât des Eaux » qui vous aura été fourni par votre assurance. Sur le formulaire devront figurer des mentions obligatoires. Ce sont bien sûr les causes du sinistre, la nature des dommages ainsi que l’identification des parties concernées et de leur assurance. Vous devez y faire état du nom, de l’adresse et du numéro de contrat de l’assureur de la copropriété ou du propriétaire. Le formulaire dûment rempli devra être envoyé à l’assureur dans les 5 jours ouvrés suivant le sinistre.

Etape 5 : Déclarez le sinistre auprès de votre assureur et prenez note de son avis

Après avoir envoyé le constat amiable « Dégât des Eaux » à votre assureur pensez à réunir tous les justificatifs qui prouvent que vous êtes bien le propriétaire des biens endommagés par le sinistre. Ils constitueront les preuves irréfutables des dommages et étofferont votre dossier. Après avoir reçu votre constat votre assureur peut demander à un expert de venir constater les dégâts chez vous et d’établir les responsabilités. C’est là qu’un bon dossier fera la différence.

Votre assureur vous adressera ensuite une lettre d’acceptation qui détaillera le montant de l’indemnisation qui vous est accordée. N’oubliez pas qu’une garantie dégâts des eaux ne couvre que les dommages directement causés par le sinistre. En aucun votre assureur ne prendra en charge les réparations des équipements à l’origine du sinistre. Elles sont à votre charge.

Etape 6 : Faites établir un devis des travaux de réfection

Dans tous les cas de figure faites établir un devis pour ces travaux remboursables et transmettez-le à votre assureur pour qu’il calcule au plus juste votre remboursement. Il peut d’ailleurs vous demander les justificatifs de réalisation des travaux. L’expert de l’assurance est également habilité à établir le montant des travaux à réaliser.

Les travaux à effectuer après un dégât des eaux peuvent être conduits en deux temps. Certains doivent être effectués tout de suite après la constatation du sinistre afin de le contenir et pour éviter qu’il ne se reproduise. Ces travaux ne sont pas pris en charge par l’assurance. Dans un second temps vous pourrez entreprendre des réfections plus importantes. Évitez de le faire avant le passage de l’expert. Vous avez aussi la possibilité de recourir aux services d’une entreprise que vous aura proposé votre assureur. Dans ce cas vous n’avancez pas les frais mais vous n’obtiendrez pas de remboursement.

.

Les commentaires sont fermés.

Découvrez notre logiciel de gestion locative immobilière et rejoignez notre communauté de particuliers bailleurs. Un outil efficace et gratuit utilisé par des milliers d'utilisateurs !

OUVRIR VOTRE COMPTE    GRATUIT